Les interactions au sein de l’économie à la loupe : le modèle Avionic

Temps de lecture : 4 minutes
Alexandre Bourgeois et François Limousin, Insee, Antonin Briand, Dares (à l’Insee lors de la création du modèle)


L’Insee vient de mettre en ligne le code de son modèle Avionic. Outil d’analyse des interdépendances sectorielles nationales et internationales, il est fondé sur le tableau entrées-sorties des comptes nationaux. Ces interdépendances vont jouer un grand rôle dans la dynamique de la reprise économique. Ce type d’outil peut aussi servir à des analyses plus structurelles. C’est ainsi que l’Insee l’avait déjà mobilisé en 2019 pour évaluer la part du « made in France » dans la consommation des ménages.

« Lorsque le bâtiment va, tout va ». Cet adage ne traduit pas tant que la construction est à l’origine de la bonne santé d’une économie mais le fait que l’activité des uns entraîne celle des autres.… [LIRE L'ARTICLE]

– X % de quoi ?
Quelle mesure de l’activité pendant la crise, quelle(s) mesure(s) pour l’après-crise

Temps de lecture : 17 minutes
Didier Blanchet, Insee


La crise sanitaire a constitué un choc sans précédent pour l’activité économique, qu’on peut voir sous deux angles : des pertes de revenu et la crainte de destructions d’emplois pour le court et le moyen terme ; mais aussi la perspective d’un monde d’après dans lequel la croissance repartirait sous une forme plus équilibrée et plus durable, tel est du moins un espoir souvent exprimé. Comment ces deux points de vue du « pendant » et de « l’après » peuvent-ils faire évoluer le débat sur le principal outil de quantification de cette croissance, le produit intérieur brut, et plus généralement l’ensemble de la comptabilité nationale ? Si la crise donne un nouveau relief à certaines des critiques dont il est habituellement l’objet, elle donne en même temps de nouvelles raisons de le défendre.[LIRE L'ARTICLE]

Official Statistics and the Challenge
of the Current Health Crisis

Temps de lecture : 9 minutes
Jean-Luc Tavernier – Director General, INSEE


The last few weeks have shown that the need for statistics has not disappeared with the current health crisis – quite the contrary, in fact. They have also shown that the official statistical system needed to be able to respond quickly and to rise to new challenges and it was able to do so. The first challenge was to adapt to remote working conditions and the idea that some data collections could no longer continue. A need has also arisen for new analyses and new outputs to shed light in real time on such crucial issues as the severe economic downturn and the extent of excess mortality. Increasingly, the challenge will be to ensure maximum international comparability of statistics at a time when we have all had to adapt and innovate in response to changing and often different conditions in different countries.[LIRE L'ARTICLE]

Recul inattendu du PIB français au dernier trimestre 2019 : les grèves n’expliquent sans doute pas tout

Temps de lecture : 4 minutes
Julien Pouget, direction des Études et Synthèses économiques, Insee

Au quatrième trimestre 2019, le produit intérieur brut (PIB) français a marqué le pas de façon inattendue (– 0,1 % en première estimation). En particulier, la production manufacturière a chuté en décembre. Mais cette chute n’est pas propre à la France : l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne ont aussi vu leur production se replier fortement, davantage que ce que suggéraient les enquêtes de conjoncture. Il est donc difficile d’attribuer la baisse de la production manufacturière française aux seules grèves, même si celles-ci ont pesé sur l’économie.

Le quatrième trimestre 2019 a surpris les conjoncturistes, y compris ceux de l’Insee. Bien peu avaient anticipé un recul du PIB français (– 0,1 % selon la première estimation des comptes nationaux trimestriels).… [LIRE L'ARTICLE]

La comptabilité nationale face aux défis du numérique et de la mondialisation : comment continuer à bien faire parler le PIB ?

Temps de lecture : 6 minutes
Didier Blanchet, direction des Études et Synthèses économiques (Insee)

Il y a un peu plus de dix ans qu’a été rendu le rapport de la commission sur la mesure de la performance économique et du progrès social, plus connue du nom de ses trois co-présidents : Joseph Stiglitz, Amartya Sen et Jean-Paul Fitoussi. Ce rapport a poussé à beaucoup élargir la batterie d’indicateurs mis en avant par les instituts de statistique, mais sans contester l’utilité du Produit intérieur brut en tant que mesure de la production. Or celle-ci est à son tour mise en doute. Le PIB rend-il bien compte de ce que « produit » l’économie numérique ? La notion de produit « intérieur » reste-t-elle viable avec des chaînes de production de plus en plus internationalisées ?[LIRE L'ARTICLE]