Ma région ? C’est l’Essentiel !

Temps de lecture : 3 minutes
Hugo Camille, Nathalie Couleaud, Stéphane Durand, Frédéric Minodier, Gérard Moreau et Caroline Roux, Insee

Télécharger cet article en PDF

La nouvelle carte régionale de la France fête son cinquième anniversaire. Pour rendre compte au mieux de la spécificité de chacune des 18 régions qui la composent, l’Insee en a réalisé une présentation simple mais néanmoins détaillée. Suivez le guide de ces Essentiels régionaux disponibles sur insee.fr.

Depuis le 1er janvier 2016, la France compte 18 régions, dont 13 en France métropolitaine et 5 en Outre-mer. Chacune possède une identité propre, à commencer par celle ressentie par ses habitants.

Mais quelle est cette identité vue au travers de la démographie, de l’économie et des indicateurs sociaux ?… [LIRE L'ARTICLE]

Autour et au-delà du PIB : nouvelles questions pour la comptabilité nationale, nouvelles pistes de réponse

Temps de lecture : 9 minutes
Didier Blanchet, direction des Études et Synthèses économiques (Insee)

PIB vert, PIB ressenti

Deux articles de ce blog ont déjà abordé la question de savoir comment lire et faire parler le PIB, en période de croissance « normale » comme dans le contexte totalement inédit de la crise en cours. Trois nouvelles publications de l’Insee offrent un tour d’horizon plus complet des questions qui se posent à la comptabilité nationale, à la fois « autour » et « au-delà » du PIB. « Autour » quand il s’agit de questionner sa capacité à toujours bien remplir ses deux missions traditionnelles de suivi de la production et des revenus au niveau macroéconomique. « Au-delà » quand il s’agit d’élargir à d’autres dimensions du bien-être, d’y intégrer la prise en compte des inégalités, et d’ouvrir davantage la comptabilité nationale aux problématiques environnementales.[LIRE L'ARTICLE]

– X % de quoi ?
Quelle mesure de l’activité pendant la crise, quelle(s) mesure(s) pour l’après-crise

Temps de lecture : 17 minutes
Didier Blanchet, Insee


La crise sanitaire a constitué un choc sans précédent pour l’activité économique, qu’on peut voir sous deux angles : des pertes de revenu et la crainte de destructions d’emplois pour le court et le moyen terme ; mais aussi la perspective d’un monde d’après dans lequel la croissance repartirait sous une forme plus équilibrée et plus durable, tel est du moins un espoir souvent exprimé. Comment ces deux points de vue du « pendant » et de « l’après » peuvent-ils faire évoluer le débat sur le principal outil de quantification de cette croissance, le produit intérieur brut, et plus généralement l’ensemble de la comptabilité nationale ? Si la crise donne un nouveau relief à certaines des critiques dont il est habituellement l’objet, elle donne en même temps de nouvelles raisons de le défendre.[LIRE L'ARTICLE]