Comment le télétravail affecte-t-il la productivité des entreprises ?
Les enseignements très partiels de la littérature

Temps de lecture : 9 minutes
Pierre Pora, Insee


L’une des questions que pose le chiffrement de l’activité en cette année de crise est celle des effets du télétravail. Peut-on considérer que les heures télétravaillées du fait de l’épidémie ont généré un même montant de production que les heures qui auraient été normalement travaillées sur site ? À combien évaluer l’écart d’efficacité ? Au-delà de la mesure de l’activité sur l’année en cours, se pose aussi la question de l’impact du télétravail sur la croissance des années à venir. Il devrait s’installer dans la durée : faut-il y voir un frein potentiel à la croissance ou, à l’inverse, un nouveau gisement de gains de productivité ?

Dans l’attente de données qui permettront de complètement mesurer ses conséquences, on dispose d’éclairages ponctuels.[LIRE L'ARTICLE]

Coiffeurs, avocats, chauffeurs VTC, exploitants agricoles…
Un même statut d’indépendant, des réalités économiques et sociales disparates

Temps de lecture : 4 minutes
Mickaël Bardet et Guilhem Théron, Insee

Ils sont avocats, chauffeurs VTC, coiffeurs, exploitants agricoles, médecins, restaurateurs… Ils ont en commun d’exercer une activité non salariée, parfois en complément d’une activité salariée, d’être en moyenne plus âgés que les salariés et d’être plus souvent des hommes. Leur régime de protection sociale n’est cependant pas unique, leurs revenus s’étendent du bas au haut de l’échelle et leur indépendance économique n’en a parfois que le nom. Petite visite guidée des non-salariés.

Certains nous nourrissent, nous soignent, défendent nos droits ou construisent nos logements. D’autres nous assurent, nous livrent à vélo, nous transportent, coupent nos cheveux. Ce sont les indépendants et l’Insee vient de leur consacrer tout un ouvrage, « Emploi et revenus des indépendants ».… [LIRE L'ARTICLE]

La statistique publique à l’épreuve de la crise sanitaire

Temps de lecture : 9 minutes
 Jean-Luc Tavernier – Directeur général de l’Insee

Les dernières semaines ont montré que le besoin de statistiques ne s’effaçait pas avec la crise sanitaire, bien au contraire ; elles ont aussi montré que le système statistique public devait et pouvait réagir rapidement et faire face à de nouveaux enjeux. Il s’est agi d’abord de s’adapter aux conditions de télétravail et à l’impossibilité de maintenir certaines collectes d’informations. Il s’agit aussi de réaliser des analyses et productions nouvelles, pour éclairer en temps réel des questions aussi cruciales que le plongeon de l’économie et l’ampleur de la surmortalité. Il va s’agir, de plus en plus, d’assurer au maximum la comparabilité internationale des statistiques dans une période où chacun a dû s’adapter et innover, en fonction de conditions changeantes et souvent différentes d’un pays à l’autre.[LIRE L'ARTICLE]

L’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes ne se résume pas à la formule : « à travail égal, salaire égal »

Temps de lecture : 5 minutes
Élise Coudin, Simon Georges-Kot, Fabien Guggemos, statisticien.ne.s à l’Insee

La question de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes ne se résume pas à la formule : « à travail égal, salaire égal »

Depuis le 1er mars, toutes les entreprises de plus de 50 salariés doivent publier leur Index de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. En cette journée internationale des droits des femmes, beaucoup de chiffres sont fournis sur les inégalités salariales entre les femmes et les hommes en France – l’Insee en étant un grand contributeur ! Tous ne recouvrent pas la même réalité et chacun éclaire un des aspects particuliers de la question : écart de volume de travail, ségrégation professionnelle, écart moyen ou toutes choses par ailleurs, écart « à travail de valeur égale ». Que retenir et dans quel ordre ? [LIRE L'ARTICLE]

Chômage : les Français mentent-ils aux Français?

Temps de lecture : 4 minutes
Benoît Ourliac, direction générale de l’Insee


La parution des résultats de l’enquête Emploi aujourd’hui, qui donnent une estimation du chômage au sens du BIT au 4e trimestre 2019, a suscité de nombreuses réactions. Certaines d’entre elles, en mettant ces résultats en regard avec le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégorie A, demandent que l’« on arrête de mentir aux Français ». Mais, au fait, qui est vraiment ce « on » ?

Un petit détour par la signification des statistiques du chômage au sens du BIT et par les conditions de leur élaboration s’impose.

Selon le Bureau international du travail (BIT), une personne est considérée comme chômeur si elle remplit simultanément les critères suivants :

  • être sans emploi au cours d’une semaine précise,
  • avoir effectué, au cours des quatre dernières semaines, une démarche active de recherche d’emploi (réponse à une petite annonce, inscription dans une agence d’intérim, etc.) 
[LIRE L'ARTICLE]