Chômage : les Français mentent-ils aux Français?

Chômage : les Français mentent-ils aux Français?


La parution des résultats de l’enquête Emploi aujourd’hui, qui donnent une estimation du chômage au sens du BIT au 4e trimestre 2019, a suscité de nombreuses réactions. Certaines d’entre elles, en mettant ces résultats en regard avec le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégorie A, demandent que l’« on arrête de mentir aux Français ». Mais, au fait, qui est vraiment ce « on » ?

Un petit détour par la signification des statistiques du chômage au sens du BIT et par les conditions de leur élaboration s’impose.

Selon le Bureau international du travail (BIT), une personne est considérée comme chômeur si elle remplit simultanément les critères suivants :

  • Être sans emploi au cours d’une semaine précise ;
  • Avoir effectué, au cours des quatre dernières semaines, une démarche active de recherche d’emploi (réponse à une petite annonce, inscription dans une agence d’intérim, etc.) ; le seul fait d’être inscrit à Pôle emploi ne constitue pas une démarche active de recherche d’emploi ;
  • Être disponible pour travailler dans les deux semaines à venir.

Cette définition est donc complètement indépendante du fait que les personnes soient ou non inscrites à Pôle emploi ; elle n’est pas affectée non plus par les radiations. La seule façon de mesurer le chômage tel que défini par le BIT est de réaliser une enquête auprès des personnes. C’est ce que font l’ensemble des pays européens. En France, il s’agit de l’« enquête Emploi », enquête réalisée chaque trimestre par l’Insee auprès d’un échantillon représentatif de 70 000 ménages tirés aléatoirement sur l’ensemble du territoire.

De son côté, Pôle emploi compte des demandeurs d’emploi, c’est-à-dire des personnes qui sont inscrites sur ses listes. Cette inscription peut être affectée par des changements de règles dans le suivi, l’accompagnement ou l’indemnisation des demandeurs d’emploi. Parmi ces personnes, les demandeurs d’emploi en catégorie A sont ceux tenus de rechercher un emploi, qui ont accompli la démarche administrative d’actualisation de leur situation et qui n’ont pas travaillé du tout au cours du mois de référence.

Les critères définissant les chômeurs au sens du BIT et les demandeurs d’emploi en catégorie A semblent a priori proches. Toutefois, les deux populations ne se recouvrent pas totalement, comme l’a montré en détail une étude récente de l’Insee. Environ un chômeur au sens du BIT sur cinq se déclare comme étant non inscrit à Pôle emploi (par exemple, des jeunes qui ne s’inscrivent pas car ils ne peuvent prétendre à une indemnisation). À l’inverse, deux demandeurs d’emploi en catégorie A sur cinq ne sont pas classés comme chômeurs au sens du BIT. C’est par exemple le cas des personnes qui n’ont effectué aucune démarche active de recherche d’emploi, au-delà du seul renouvellement de leur inscription à Pôle emploi.

Deux indicateurs pour compléter le taux de chômage

Le chômage au sens du BIT présente naturellement des limites pour décrire les situations de personnes à la frontière entre l’emploi et le chômage (temps très partiel pour des personnes qui souhaiteraient travailler davantage, contrats courts) ou entre le chômage et l’inactivité (indisponibilité passagère pour reprendre un emploi, découragement dans les recherches d’emploi). C’est la raison pour laquelle l’Insee complète ses publications sur le marché du travail avec des statistiques sur le sous-emploi et le halo autour du chômage, qui décrivent ces situations à la frontière entre emploi, chômage et inactivité. Néanmoins, la définition du chômage au sens du BIT a l’avantage d’être stable dans le temps et commune à l’ensemble des pays, et de ne pas dépendre des dispositifs nationaux de suivi ou d’indemnisation du chômage. L’Insee mesure ainsi le chômage au sens du BIT en France depuis 1975, et tous les pays européens font de même, permettant de comparer la situation du marché du travail sur longue période et entre pays.

Surtout, la mesure du chômage au sens du BIT repose exclusivement sur les déclarations des personnes elles-mêmes. Chaque trimestre, l’Insee interroge pour cela de façon détaillée 100 000 personnes. Celles-ci décrivent précisément leur situation au travers d’une vingtaine de questions qui permettent de déterminer si elles sont en emploi, au chômage ou inactives.

La production de statistiques telles que le taux de chômage au sens du BIT, si utiles pour connaître la situation du marché du travail en France, est rendue possible par le travail de collecte des enquêteurs de l’Insee sur le terrain, au plus près de la population. Elle l’est aussi et surtout grâce à la participation des milliers de ménages qui répondent avec la plus grande sincérité à l’enquête Emploi. Il n’y pas de raison de penser qu’ils mentent aux Français à travers leurs réponses. L’Insee remercie tous nos concitoyens qui prennent de leur temps pour contribuer ainsi à l’intérêt général.

Pour en savoir plus

Plus d'articles

Mesurer l’évolution des salaires à court terme : une palette d’indicateurs statistiques complémentaires

Mesurer l’évolution des salaires à court terme : une palette d’indicateurs statistiques complémentaires

En balade avec l’Insee sur l’échelle des salaires

En balade avec l’Insee sur l’échelle des salaires

Qui sont les travailleurs essentiels ? Un enjeu en temps de crise sanitaire mais aussi pour les politiques de logement

Qui sont les travailleurs essentiels ? Un enjeu en temps de crise sanitaire mais aussi pour les politiques de logement

Tout demandeur d’emploi n’est pas forcément chômeur

Tout demandeur d’emploi n’est pas forcément chômeur

3 minutes

Partager

Auteur/Autrice

  • Direction de la statistique et des études du ministère chargé de la santé (Drees)